La FIFA a renoncé dimanche à expulser immédiatement la Russie des qualifications pour la Coupe du monde 2022, mais a déclaré que cette option restait possible, décidant que l'équipe pouvait jouer en utilisant l'acronyme « RFU » (Union russe de football), sans drapeau, sans hymne et sans public.

Le Bureau de la FIFA a également décidé à l'unanimité que le drapeau et l'hymne russes ne pouvaient pas être associés à l'équipe. « La FIFA poursuivra son dialogue en cours avec le CIO, l'UEFA et d'autres organisations sportives pour déterminer toute mesure ou sanction supplémentaire », a déclaré la FIFA dans un communiqué, « y compris une exclusion potentielle des compétitions, qui sera appliquée dans un avenir proche si la situation ne s'améliore pas rapidement »

Cette décision reprend celle du Tribunal arbitral du sport avant l'invasion de l'Ukraine, sanctionnant la dissimulation par la Russie de l'enquête sur le dopage d'État. Cela signifie que les Russes ont dû participer aux deux derniers Jeux olympiques en tant qu'équipe de Russie. La FIFA avait reporté la mise en œuvre de l'interdiction faite à la Russie de concourir sous le nom du pays jusqu'à une éventuelle qualification pour la Coupe du monde.

La FIFA a également déclaré que l'équipe de Russie ne pouvait jouer qu'en territoire neutre et sans spectateurs. Il n'était pas immédiatement clair si la décision d'utiliser l'acronyme de l'Union russe de football satisferait la Pologne, qui a déclaré samedi qu'elle refuserait de jouer contre la Russie lors d'une demi-finale éliminatoire de la Coupe du monde, prévue à Moscou le 24 mars.

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

Le vainqueur de cette demi-finale doit accueillir la Suède ou la République tchèque le 29 mars pour déterminer qui se qualifiera pour la Coupe du monde du 21 novembre au 18 décembre au Qatar. La République tchèque a rejoint la Pologne et la Suède dimanche en déclarant qu'elle refuserait de jouer contre la Russie. En France, le président de la Fédération de football, Noël Le Graët, a déclaré dimanche au quotidien Le Parisien qu'il plaidait pour l'exclusion de la Russie de la Coupe du monde.

Alors que l'attaque de l'Ukraine entrait dans sa quatrième journée dimanche, le président russe Vladimir Poutine a temporairement perdu son poste officiel le plus élevé dans le sport mondial. La Fédération internationale de judo a invoqué « la guerre en cours en Ukraine » pour suspendre le statut de président honoraire de Poutine. Dans l'autre sport préféré de Poutine, le hockey sur glace, le club letton Dinamo Riga s'est retiré dimanche de la Kontinental Hockey League, détenue et gérée par les Russes, en invoquant la « crise militaire et humanitaire » en Ukraine.