L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a indiqué que les prix mondiaux des produits alimentaires ont bondi en mars et ont atteint leurs plus hauts niveaux jamais enregistrés. Ces hausses interviennent dans un contexte de guerre en Ukraine. Une guerre qui a impacté l’économie mondiale et a fait exploser l'inflation. 

L'Indice FAO des prix des produits alimentaires, qui reflète l'évolution des cours des principales denrées échangées dans le monde, a atteint une moyenne de 159,3 points en mars, soit une hausse de 12,6 % depuis février, mois au cours duquel il avait déjà atteint son plus haut niveau depuis sa création en 1990. L'Organisation des Nations unies indique qu'en mars l’Indice FAO des prix des céréales a enregistré une hausse de plus de 17 % par rapport à février, sous l’effet de fortes hausses des prix du blé et de toutes les céréales secondaires, principalement dues à la guerre en Ukraine.

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a souligné que la Russie et l’Ukraine, à elles deux, représentaient environ 30 % des exportations mondiales de blé et 20 % des exportations mondiales de maïs ces trois dernières années. Ainsi, la guerre qui a éclaté entre les deux pays a fait grimper les prix mondiaux du blé de 19,7 %.

À lire aussi :  Visite du président français Emmanuel Macron en Algérie : au-delà du devoir de mémoire et du gaz (contribution)

Cette hausse a été accentuée par des craintes concernant les conditions des cultures aux États-Unis d’Amérique. Les prix du maïs ont également progressé de 19,1 %, atteignant ainsi un niveau record, tout comme ceux de l’orge et du sorgho. Quant au prix du riz de différentes origines et qualités, il a peu évolué et reste donc à un niveau inférieur de 10 % à celui enregistré un an auparavant.

L'huile végétale, la viande, le sucre : tout a augmenté

Ces hausses des prix ne concernent pas seulement les céréales, l’Indice FAO des prix des huiles végétales a bondi de 23,2 %, porté par la hausse des cours de l’huile de tournesol, dont le premier exportateur mondial est l’Ukraine. Les prix des huiles de palme, de soja et de colza ont eux aussi enregistré une hausse marquée en raison de l’augmentation des prix de l’huile de tournesol et du pétrole brut. Des craintes quant à une baisse des exportations en Amérique du Sud ont également contribué à la hausse des prix de l’huile de soja.

Concernant le sucre l’Indice FAO des prix a progressé de 6,7 % depuis février, ce qui a compensé les baisses récentes et l’a porté à un niveau supérieur de 20 % à celui de mars 2021. Un des facteurs de cette augmentation était la hausse des prix du pétrole brut, tout comme l’appréciation du réal brésilien, tandis que les perspectives de production favorables en Inde ont empêché une hausse mensuelle des prix plus importante.

À lire aussi :  Visite du président français Emmanuel Macron en Algérie : au-delà du devoir de mémoire et du gaz (contribution)

Le prix de la viande est également en hausse. Selon l’Indice FAO ce prix a gagné 4,8 % en mars et a atteint son plus haut niveau jamais enregistré. Les prix des produits laitiers n'ont pas échappé à ces hausses. Ils ont progressé de 2,6 % et ont atteint un niveau supérieur de 23,6 % à celui de mars 2021, les cours du beurre et du lait en poudre ont aussi nettement augmenté dans un contexte de forte hausse de la demande à l’importation en vue de livraisons à court et long termes, en particulier sur les marchés asiatiques.