Du nouveau dans le dossier du constructeur automobile Renault Algérie, dont l'usine est confrontée à de sérieux problèmes. Afin de se faire injecter du sang neuf et s'éviter ainsi une éventuelle agonie, elle négocie actuellement un nouveau partenariat avec une société algérienne. 

L'usine Renault Algérie est en difficulté. Lancée en 2014, cette unité implantée à Oued Tlélat dans la wilaya d’Oran avait pourtant réalisé un démarrage en fanfare en réussissant  à atteindre une capacité de production de 50 000 véhicules par an durant les premières années.

Ses soucis ont vu effectivement le jour en 2020, suite à la crise sanitaire, mais aussi et surtout à cause de la décision du gouvernement algérien de suspendre l'importation de kits SKD/CKD. Une décision qui a été, pour ainsi dire, fatale pour le constructeur automobile qui n'arrive pas depuis à sortir la tête de l'eau. L'usine a été d'ailleurs contrainte à fermer ses portes en attendant des jours meilleurs.

Renault Algérie : Des difficultés qui s'éternisent

Certaines sources ont d'ailleurs évoqué « une fermeture imminente » de l'entreprise.  La société INOVEV, spécialisée dans l’industrie automobile, a révélé au début du mois en cours que Renault Algérie pourrait être vendue prochainement. Une information qui a été cependant vite démentie par le constructeur.

« Effectivement les volumes assemblés sont toujours très bas, mais en aucun cas nous n’avons annoncé que nous allions quitter l’Algérie, qui reste un marché important pour Renault », a indiqué Renault au magazine L'Argus. Ce dernier affirme que le groupe français « continue d’échanger avec le gouvernement algérien pour remédier à cette situation ».

Lundi 23 mai, le journal El Khabar indique que le constructeur négocie actuellement avec une entreprise algérienne afin d'intégrer son capital et lui permettre ainsi de retrouver des couleurs. Il s'agit de la holding algérienne « Madar », qui pourrait reprendre les 34 % des parts détenues par la Société nationale des véhicules industriels « SNVI ».

« Les négociations sont toujours en cours entre les deux parties, mais l’accord avec Madar n’a pas été conclu », indique la même source citant la chargée de communication de Renault Algérie.