Alors que le débat n'est pas encore clos à propos de la question du port du burkini dans les piscines, voilà que des voix s'élèvent en France pour réclamer son interdiction sur les plages du pays. Des élus d'extrême droite veulent interdire cette tenue, qu'ils jugent « islamique ».

Le 16 mai dernier, la mairie de Grenoble a adopté par arrêté un nouveau règlement intérieur qui autorise le port du burkini dans les piscines de la commune. Un arrêté suspendu quelques jours plus tard par le tribunal administratif de la ville à la suite d'une requête introduite par le préfet de l'Isère. Face à cette guerre de procédures sur la question du port du burkini dans les piscines, plusieurs responsables politiques de l'extrême droite sont montés au créneau pour réclamer l'interdiction du port de cette tenue au niveau des plages.

« Le Rassemblement National demande aujourd'hui une loi pour l'interdire définitivement. On est un pays respectueux de l'égalité hommes-femmes […] C'est un courage que nous devons avoir en s'opposant à cette tenue », explique Nicolas Meizonnet, député RN de la deuxième circonscription du Gard, le 26 mai sur France Bleu.

Le RN et Reconquête veulent interdire le port du burkini sur les plages de France

Dans une lettre adressée au maire du Grau-du-Roi, le député du parti de Marine Le Pen affirme que la décision du maire écologiste de Grenoble d'autoriser le burkini, « véritable uniforme islamiste », dans les piscines de sa ville « n'est ni plus ni moins qu'une provocation électoraliste à ressort communautariste, mise en œuvre par l'extrême gauche et les associations communautaires, qui profitent de nos valeurs républicaines pour faire avancer l'idéologie islamiste ».

Tout en rappelant dans sa lettre que « plus de 70% des Français sont favorables à l'interdiction du burkini », le député RN demande au maire, « en tant que garant de la sécurité publique et élu attaché à nos valeurs républicaines, à la condition des femmes dans notre pays, au respect de la laïcité et à notre art de vivre », de procéder « à cette interdiction sur les plages du Grau-du-Roi ».

Pour sa part, Anthony Leroy, le candidat de Reconquête aux législatives de juin 2022 dans la même circonscription, a également réclamé l'interdiction du port du burkini dans les piscines et sur les plages. « Que ce soit dans un lieu public ou autre, il faut l'interdire. Comme le voile », affirme le candidat du parti d'Eric Zemmour sur les ondes de France Bleu, ajoutant que le burkini est « un outil de propagande politico-religieux ».