L'agence commerciale de la compagnie maritime algérienne Algérie Ferries, située à Marseille en France, ne désemplit pas. Elle est, en effet, prise d'assaut chaque jour par des dizaines de ressortissants algériens en quête d'une réservation pour pouvoir entrer au pays.

Algérie Ferries fait face à une forte pression de la diaspora algérienne établie en France et dans les autres pays étrangers. Depuis le lancement des réservations pour les traversées prévues cet été, les agences de cette compagnie situées en France connaissent des rushs impressionnants.

L'on se rappelle que les agences de Paris, Marseille, Lille et Lyon ont dû fermer leurs portes à cause des débordements enregistrés durant les premiers jours de l'ouverture des réservations. Ce n'est qu'une semaine plus tard que ces dernières ont repris du service, avec toujours autant d'affluences. Des clients affirment avoir passé des nuits blanches pour acheter leurs billets.

L'agence de Marseille prise d'assaut quotidiennement

Cette situation n'a décidément pas changé d'un iota et ces agences accueillent toujours autant de personnes quotidiennement. C'est le cas surtout de celle située à Marseille, une ville qui abrite, il est vrai, une forte communauté algérienne.

Cette agence reçoit des ressortissants venant de différentes régions de France, mais aussi d'autres pays européens. Ce beau monde espère rentrer au pays et retrouver ainsi leurs familles et leurs proches après plus de deux ans d'éloignement. « Franchement, ça me manque trop. Des fois, je pleure : ma famille, c'est ma famille, on ne peut pas l'oublier », a indiqué à Franceinfo un Algérien venu spécialement de Belgique pour une éventuelle réservation.

À lire aussi :  Un passager compare un repas servi par Air Algérie avec celui d'Air France

Des clients d'Algérie Ferries témoignent

Same est venue de la Haute Savoie, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. « Là-bas, on ne trouve pas » de billet, a-t-elle confié au même média. Cette Algérienne, qui n'a pas revu sa famille depuis trois années, découvre qu'elle n'est pas au bout de ses peines. Devant l'agence de Marseille, l'attente risque d'être longue. « Ça fait deux heures qu'on est ici, on a pris un numéro et on attend », a-t-elle souligné.

L'espoir de retrouver les leurs permet à ces ressortissants algériens de surmonter l'épreuve. « Ça va me faire du bien, ça va me faire oublier un peu le Covid, un peu le stress de la paperasse, de tout le quotidien. J'oublie tout. Je ne pense à rien. Restos, plage et famille », a expliqué un autre client d'Algérie Ferries rencontré devant l'agence par les journalistes de Franceinfo.