Depuis l'ouverture partielle des frontières aériennes le 1er juin dernier, les ressortissants algériens à l'étranger ne cessent de réclamer la réouverture totale des frontières terrestres, maritimes et aériennes suivie par la hausse des vols commerciaux internationaux de la compagnie aérienne Air Algérie et l'ouverture des liaisons maritimes.

Cette question de l'ouverture totale des frontières algériennes est devenue récurrente depuis le début de la saison estivale. Depuis la réouverture partielle des frontières algérienne en juin dernier, le suspense s'installe et les Algériens de l’étranger attendent de grandes annonces des hautes autorités algériennes qui, pour l’instant, ne sont jamais venues.

« La réouverture totale des frontières est une question de jours », selon un député de l'émigration

À ce propos, Abdelouahab Yagoubi, député de l'émigration et membre de la commission des affaires étrangères à l'Assemblée nationale populaire, a annoncé ce dimanche 22 août que « la réouverture totale des frontières est une question de jours ». Dans un entretien au quotidien arabophone El Hiwar, ce député de la communauté nationale à l'étranger a révélé qu'« une décision de la hausse du nombre de vols sera bientôt prise en prévision de la réouverture totale des frontières ».

Le député Abdelouahab Yagoubi a ajouté que « la décision de la réouverture totale des frontières est devenue une question de jours », selon les informations qu'il a obtenues de sources de haut niveau, qu’il a refusé de divulguer lors du même entretien.

À lire aussi :  Le porte-parole d'Air Algérie parle de la numérisation de la vente des billets

Le dossier de l'ouverture des frontières « sur la table » de Abdelmadjid Tebboune

Il a ajouté que le dossier de l'ouverture totale des frontières et de l'intensification des vols internationaux « est sur la table du chef de l'État Abdelmadjid Tebboune ». Un dossier qui connaîtra, selon lui, « une issue positive après une longue souffrance encourue par la communauté et les Algériens bloqués à l’étranger qui se sont rendus dans différents pays du monde pour diverses raisons, notamment pour des études, la  formation et même pour des soins ».

La même source a évoqué diverses réunions qu'elle a tenues avec de hauts responsables, soulignant que ses démarches « visent à transmettre aux responsables la profonde inquiétude de la communauté algérienne à l’étranger, qui se sent exclue depuis la décision de fermer complètement les frontières en raison de la pandémie de Covid-19 en mars 2020 ».

Le député de l'émigration a ajoute que ses interlocuteurs, à l'instar du ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra, celui des Transports, Aissa Bekkai, et le PDG d'Air Algérie lui tous affirmé que « la décision de la réouverture des frontières et de la hausse du nombre de vols entre dans la cadre des pouvoirs discrétionnaires du chef de l'État ».