L'affaire du judoka algérien Fethi Nourine, qui avait décidé de déclarer forfait lors des derniers Jeux olympiques à Tokyo pour éviter d'affronter un adversaire israélien, ne semble pas encore finie. En effet, après la décision de la fédération internationale de judo (IFJ) de suspendre le judoka algérien, c'est au tour du Comité olympique algérien (COA) de s'exprimer enfin sur cette histoire qui avait fait couler beaucoup d'encre en Algérie et à travers le monde. 

Le secrétaire général du Comité olympique algérien (COA), Kheireddine Berbari, a répondu ce mardi 24 août à la fois au judoka Fethi Nourine et à son entraîneur Amar Benikhlef à propos de ce qui s'est passé lors des Jeux olympiques de Tokyo 2020, notamment sur l’affaire du refus de Fethi Nourine d’affronter un adversaire d’Israël et les déclarations qu’il avait faites, lui et son entraîneur, avant et après cette affaire.

« La réaction de Amar Benikhlef a été exagérée, et nous avons demandé à Fethi Nourine de se calmer » affirme le SG du COA

lors d’une conférence de presse tenue ce mardi 24 août à Alger, le SG du COA est revenu sur cette affaire en déclarant que « la réaction de l'entraîneur Amar Benikhlef a été exagérée, et nous avons demandé à l’athlète Fethi Nourine de se calmer, d'autant plus que le Comité international olympique (CIO) a reçu les déclarations qu'il a faites, et ce n'était pas difficile pour eux d'obtenir ce qu'il disait, traduit des chaînes algériennes », affirme-t-il.

À lire aussi :  Quel nom pour le nouveau stade de Tizi-Ouzou ? La polémique enfle

« Les déclarations de Fethi Nourine étaient en violation de la Charte olympique »

Pour le responsable du COA « la Charte olympique est claire et stipule le respect de tous les concurrents, et les déclarations de l'athlète Fethi Nourine étaient en violation de cette charte, et le Comité olympique nous a écrit directement après le retrait de notre judoka ». Le SG du COA a également affirmé qu’ « après l'annonce du retrait de Fethi Nourine des JO, il a été contraint de quitter le village olympique, et nous l'avons soutenu, contrairement à ce qui a été écrit et diffusé çà et là ».

Le judoka algérien Fethi Nourine a choisi de renoncer à la compétition pour éviter un potentiel affrontement avec un Israélien. Fethi Nourine devait d’abord affronter le Soudanais Mohamed Abdalrasool, le 26 juillet, au premier tour dans la catégorie des moins de 73 kg, avant de combattre l’Israélien Tohar Butbul au tour suivant.

« Nous avons travaillé dur pour nous qualifier pour les Jeux olympiques de Tokyo, mais la cause palestinienne est plus grande que tout cela », a déclaré le judoka algérien Fethi Nourine, jeudi 22 juillet à la chaîne de télévision Ennahar TV. « Nous n’allons pas faire lever le drapeau israélien et on ne se salit pas les mains, en affrontant un Israélien ! », a ajouté le judoka algérien.

À lire aussi :  Y a-t-il un problème de capitanat au sein de l'équipe nationale algérienne ?

L’athlète algérien avait décidé de jeter l’éponge avant même l’entame du tournoi olympique. « Nous refusons la normalisation. Nous avons pris la bonne décision », a expliqué Amar Benikhlef l’entraîneur de la sélection nationale de judo, relevé de ses fonctions le 21 août, dans une déclaration reprise par plusieurs médias algériens.