Les déboires du secteur automobile en Algérie continuent et ne semblent pas prendre fin. En effet, dans la foulée des affaires liées au secteur automobile et des lourdes condamnations prononcées par la justice à l’encontre de représentant locaux de nombreuses marques internationales, ces dernières semblent décidées à revoir leur stratégie de représentation en Algérie.

C’est le cas du groupe sud-coréen Hyundai, qui a décidé de sursoir à sa présence en Algérie en raison de l'incertitude qui plane actuellement sur le secteur automobile dans le pays. Cette décision de Hyundai Motors Company (HMC) concerne surtout le volet commercialisation, autrement dit les concessionnaires de véhicules neufs, selon Le Soir d’Algérie de ce mercredi 25 août, qui précise que les représentants du groupe coréen auraient décidé de surseoir même à cette opération.

Le groupe automobile Hyundai suspend sa présence en Algérie

En effet, « compte tenu de l’indécision des pouvoirs publics face à la question de la relance des importations de véhicules et les reports, sans cesse renouvelés, de la libération de la délivrance des agréments aux candidats à cette activité, le géant coréen aurait opté pour le gel de sa présence en Algérie, tout au moins durant l’année 2021 », selon la même source.

À lire aussi :  Espagne : Le tourisme et l'industrie de la céramique lourdement impactés par la perte du marché algérien

Cette démarche de Hyundai Motors Company (HMC) de se retirer du marché algérien va lui permettre de se concentrer sur des marchés internationaux bien plus stables d’un point de vue réglementaire et beaucoup plus prometteurs en matière de débouchés commerciaux.

Le retour de Hyundai dépendra des décisions du gouvernement algérien

La même source précise également que durant l’année 2022 et selon l’évolution des décisions du gouvernement algérien concernant le secteur automobile, Hyundai renouera avec l’Algérie et reprendra son opération de prospection à la recherche d’un nouveau partenaire.

À la question de savoir ce qu'il en sera du volet industriel et de l’engagement de HMC avec le groupe Tahkout, la même source précise que les Coréens seraient en attente de la décision finale de la justice vis-à-vis de ce dossier avant de se prononcer. D’autant que la saisie de tous les biens des condamnés avait été prononcée.

Volkswagen a déjà rompu son partenariat avec Sovac Algérie

Il est à signaler, par ailleurs, que cette attitude de gel d’activités en Algérie n’est pas l’apanage de Hyundai, mais semble être aussi observée par d’autres groupes automobiles qui attendent un dénouement salutaire aussi bien pour l’importation de véhicules neufs que pour le volet industriel, pour envisager un repositionnement à travers des opérateurs locaux.

À lire aussi :  Espagne : Le tourisme et l'industrie de la céramique lourdement impactés par la perte du marché algérien

En effet, le groupe allemand Volkswagen a décidé de rompre son partenariat avec le groupe Sovac, son représentant officiel en Algérie. Les deux entreprises ont, en effet, décidé de rompre leurs relations après plusieurs années de partenariat. C'est ce qu'a annoncé le 11 août dernier Sovac Algérie dans un communiqué.