La question de la migration clandestine notamment depuis les pays du Maghreb revient avec instance ces derniers temps chez les dirigeants des pays de l’Union européenne (UE), particulièrement en France.  

En visite le 10 octobre sur le « camp fermé » pour migrants de Samos en Grèce, le ministre de l’Intérieur français Gérald Darmanin a appelé à l’ouverture de camps similaires aux frontières sud de l’Europe à l’instar de l’Espagne, l’Italie et Malte. Une manière pour le ministre français de contrer le flux migratoire notamment depuis les pays du Maghreb.

La France veut installer des « camps fermés » pour migrants aux frontières sud de l’Europe

Dans un entretien avec l’Agence France-Presse (AFP), lundi 11 octobre, Gérald Darmanin a fait part de son intérêt pour le « modèle grec » de gestion de l’immigration clandestine. « Concrètement, le ministre de l’Intérieur fait référence aux camps d’enregistrements sécurisés, comme il en existe par exemple sur les îles grecques de Samos et Lesbos », précise la même source.

Le 10 octobre, Gérald Darmanin s’était rendu sur l’île grecque de Samos en mer Égée face à la Turquie, où les autorités grecques avaient inauguré fin septembre un camp « fermé et à accès contrôlé » entouré de barbelés et de miradors.

« Nous demandons aux pays du sud de l’UE de faire comme les Grecs », affirme Gérald Darmanin

Pour assurer une meilleure gestion européenne, Gérald Darmanin suggère que « de tels camps d’accueil soient installés dans les pays méditerranéens, comme l’Italie, l’Espagne ou Malte ». « Nous demandons aux pays du sud de l’UE de faire comme les Grecs de contrôler davantage les frontières extérieures et aux autres pays d’accepter un système de solidarité », a déclaré le ministre français.

« Nous aimerions que tous les pays qui sont aux frontières de l’Europe puissent avoir la même politique de contrôle et d’enregistrement des personnes qui entrent sur le territoire européen », a noté le ministre français.

« Beaucoup d’étrangers entrent en Europe sans être enregistrés », estime Darmanin

Ce camp fermé pour migrants a remplacé l’ancien camp surpeuplé et sordide, situé près du port de Vathy. La Grèce s’est engagée à construire d’autres camps « fermés » comme celui de Samos, grâce à des fonds européens, sur quatre autres îles de la mer Égée, précise l’AFP.

Les demandeurs d’asile ne peuvent sortir que de 8 heures à 20 heures, et sont contraints de présenter leurs empreintes digitales et un badge électronique au portail magnétique à l’entrée.

« Beaucoup d’étrangers entrent en Europe sans être enregistrés et on ne sait pas, quand ils arrivent en Allemagne ou en France, quel âge ils ont, quelle est leur nationalité, par où ils sont rentrés », ajoute le ministre français de l’Intérieur.