L’Algérie, qui connait actuellement une situation épidémiologique stable, n'est pas à l'abri d'une quatrième vague de la pandémie de Covid-19, alertent les spécialistes. Pire encore, la découverte du nouveau variant Omicron, classé « dangereux » par l'OMS en matière de contagion, pourrait amener les autorités algériennes à durcir les conditions sanitaires, notamment en matière de voyage.

Le dernier communiqué des services du Premier ministre, publié le mardi 30 novembre, fait part de l’intention des autorités de recourir à des mesures strictes en matière de lutte contre la pandémie de Covid-19, après avoir lâché du lest récemment à la faveur de la relative stabilisation de la situation épidémiologique, les autorités avaient notamment décidé de lever le confinement nocturne imposé dans certaines wilayas du pays.

Des mesures d’allègement que le gouvernement a décidé de reconduire selon les termes du communiqué publié le 30 novembre pour une période de 10 jours à partir de ce mercredi 1er décembre. « Ces mesures d’assouplissement devaient être accompagnées par la poursuite, de manière rigoureuse, du respect par les citoyens des gestes barrières, notamment le port obligatoire du masque et l’observation des règles d’hygiène ainsi que l’application stricte des différents protocoles sanitaires adoptés par le comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du Coronavirus (Covid-19) et dédiés aux différentes activités économiques, commerciales et sociales », lit-on dans le communiqué.

À lire aussi :  Youcef Belaïli persona non grata au Qatar

Le gouvernement menace de recourir à nouveau aux restrictions sanitaires

Ces mesures devraient être « également soutenues par l’intensification des opérations de vaccination de la population, qui demeure le meilleur moyen de prévention et de protection des citoyens et de la société en général et l’élément essentiel concourant à la normalisation de la situation et au maintien des activités économiques et sociales. Cependant et malgré la disponibilité de vaccin, la vaccination s’effectue à un faible rythme, au moment où la situation épidémiologique dans beaucoup de régions dans le monde connaissent une nouvelle vague de la pandémie, voire un inquiétant rebond aggravé par l’apparition du nouveau variant « Omicron » qui préoccupe aujourd’hui la communauté scientifique au plus haut degré », ajoute le communiqué.

Pass sanitaire comme condition d'entrée et de sortie du territoire national ?

Dans le but d'inciter le plus grand nombre de citoyens à recourir à la vaccination, le gouvernement a décidé de prendre un certain nombre de mesures, à commencer par l'instauration prochaine du pass sanitaire pour les voyageurs et l’accès à certains lieux. D'ailleurs, le communiqué a annoncé l'exigence, dans les prochains jours, de la vaccination pour les voyageurs qui prennent les transports maritimes, sans écarter sa généralisation à d'autres activités.

À lire aussi :  Le porte-parole d'Air Algérie parle de la numérisation de la vente des billets

« Dans ce cadre et indépendamment des conditions d’accès imposées pour les voyageurs, le comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du Coronavirus (Covid-19) recommande l’institution du pass sanitaire comme condition d’entrée et de sortie du territoire national. Cette mesure sera mise en œuvre dans les prochains jours pour ce qui est du transport de voyageurs par voie maritime », indique en effet le communiqué.

« À l’issue de la période couverte par le présent communiqué, les pouvoirs publics pourraient être amenés à édicter des mesures sanitaires adaptées à l’évolution de la situation épidémiologique, notamment en matière d’obligation vaccinale et d’extension du pass sanitaire à certaines activités », ajoute le communiqué, qui rappelle que « l’accès aux manifestations sportives et culturelles et aux salles des fêtes est déjà subordonné à la présentation d’un certificat de vaccination ».