En octobre dernier, trois jeunes Algériens ont trouvé la mort, et un autre a été grièvement blessé, après avoir été heurté par un train à Ciboure, dans le sud-ouest de la France. Un drame dont les circonstances ont laissé perplexes de nombreux observateurs, ce qui a poussé d’ailleurs les familles des victimes à déposer, le lundi 6 décembre, une plainte auprès du procureur de la République de Bayonne.

Les faits remontent au 12 octobre dernier, lorsque trois jeunes Algériens, en situation irrégulière, ont été percutés mortellement par un train près de la ville de Saint-Jean-de-Luz, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques, au sud-ouest de la France. Une quatrième personne, également d'origine algérienne et sans-papiers, a été grièvement blessée et a été transportée en urgence à l'hôpital pour sa prise en charge.

Cet accident a suscité l'émoi et la consternation chez la population locale. Afin d'exprimer sa désolation, celle-ci a tenu à rendre un vibrant hommage aux victimes âgées de 21, 23 et 30 ans. Pour ce faire, un rassemblement a été observé dans la soirée du 13 novembre devant la gare de Saint-Jean-de-Luz, à l'appel des associations d’aide aux réfugiés et migrants.

Le drame de Bayonne qui a coûté la vie à trois jeunes Algériens refait surface

Le drame qui a secoué la France et endeuillé trois familles algériennes est revenu de nouveau au-devant de la scène, le lundi 6 décembre, avec cette annonce faite par un avocat français. En effet, dans un communiqué publié sur son compte Twitter, Me Gabriel Lassort a annoncé avoir déposé une plainte devant la justice, au nom des familles des victimes et de nombreuses associations.

À lire aussi :  France : Un retraité algérien trainé par une voiture sur 100 m

Cette « plainte contre personne non dénommée » a été déposée auprès du procureur de la République de Bayonne. La plainte « vise des faits qui peuvent revêtir la qualification pénale d'homicides involontaires et blessures involontaires, mise en danger de la vie d'autrui et administration de substances nuisibles », explique Maître Gabriel Lassort dans sa lettre.

Algériens heurtés par un train : Une plaine contre X déposée par les familles des victimes

Selon le même avocat, « de nombreuses questions se posent quant aux causes de ce drame et à ses éventuels responsables, de sorte que seule une enquête contradictoire pourra y répondre ». À ce propos, le quotidien sud-ouest évoque un cinquième protagoniste de ce drame. Il s’agit d’un autre jeune homme algérien, âgé de 28 ans, qui était présent avec les victimes lors du drame. « Il a pris la fuite, avant ou après la collision meurtrière », révèle le média français.

Selon la même source, la police a précédé à son arrestation deux jours après l’accident, à Bayonne. Le fugitif est connu des services de police. Il avait été jugé quelques mois plus tôt pour vol avec effraction. Lors de son audition, ce jeune algérien a indiqué aux policiers s’être réveillé avant ses compagnons de route, qui dormaient sur la voie, précise la même source.

À lire aussi :  France : Un retraité algérien trainé par une voiture sur 100 m

Dans une déclaration à Sud-ouest, l’avocat des victimes s’est interrogé sur un éventuel rôle de ce rescapé lors du drame. « Il est inenvisageable qu’ils se soient endormis tous les quatre. Et certainement pas sur la voie. Ils faisaient la route ensemble depuis plusieurs jours. Il y en avait toujours un qui faisait le guet. Est-ce qu’ils se sont endormis, ou est-ce qu’on les a endormis ? », affirme Me Gabriel Lassort.