Les autorités marocaines ont décidé de serrer davantage la vis concernant les mesures contre la propagation de la pandémie de Covid-19. Après avoir opté pour la fermeture des frontières du pays, voilà que le gouvernement marocain décide d’interdire toutes les festivités à l’occasion du Nouvel An.

Depuis l’apparition du variant Omicron, le gouvernement marocain ne cesse d’intensifier les mesures dans le but de circonscrire la propagation du virus dans le Royaume. En effet, depuis le début du mois en cours, les autorités marocaines ont décidé de fermer les frontières et suspendre l’ensemble des liaisons aériennes et maritimes depuis et vers le Maroc. Une décision qui reste en vigueur jusqu’au 31 décembre, avec une autorisation exceptionnelle pour des vols de rapatriement au profit des ressortissants marocains bloqués à l’étranger. La mission de rapatriement des voyageurs marocains, à partir plusieurs pays du monde, est confiée à la compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM).

À cette mesure radicale de la fermeture des frontières, le gouvernement marocain a décidé de rajouter une autre mesure restrictive en prévision des fêtes de fin d’année. En effet, dans un communiqué publié lundi 20 décembre, le gouvernement marocain a annoncé des mesures spécifiques pour la nuit du 31 décembre 2021 au 1er janvier 2022 sur l’ensemble du territoire du Royaume, en vue de lutter contre la propagation du Covid-19.

Le gouvernement marocain interdit les festivités du Nouvel An et instaure un couvre-feu

Le communiqué repris par les médias marocains fait état de « l’interdiction de toutes les célébrations du Nouvel An » avec notamment « l’interdiction d’organiser des soirées et programmes spéciaux dans les hôtels, restaurants et établissements touristiques et la fermeture des restaurants et des cafés à 23h30 ». Le communiqué rapporte également la décision du gouvernement d’instaurer « un couvre-feu nocturne dans la nuit du Nouvel An de 00:00 à 06:00 ».

Ces mesures ne vont certainement pas arranger les affaires des professionnels du tourisme au Maroc, eux qui font déjà face à des difficultés depuis l’apparition de la pandémie de Covid. En effet, les propriétaires des hôtels au Maroc, faute de touristes étrangers, en raison des restrictions liées aux voyages, tablaient sur les touristes locaux pour remplir leurs établissements pendant les festivités de fin d’année. Un projet qui tombe définitivement à l’eau suite cette décision du gouvernement marocain.