À l'instar de nombreux autres pays, l’Algérie enregistre ces derniers jours une recrudescence des contaminations au Covid-19. Une situation qui a poussé les autorités à durcir les mesures de contrôle sanitaire aux frontières et qui fait surtout planer le risque de voir les vols internationaux suspendus. 

Bien que les autorités ne cessent de rassurer les citoyens sur la situation sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, il n'en demeure pas moins que les derniers chiffres des nouveaux contaminés suscitent de l'inquiétude. Passé la barre de 400 nouveaux cas recensés ces trois derniers jours en Algérie, selon les chiffres officiels, le nombre de contaminés ne cesse de prendre de l'ampleur, faisant redouter le pire dans les prochains jours.

L'apparition en Algérie du variant Omicron, connu pour sa vitesse de contagion, est l'autre source d'inquiétude. En effet, l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) a annoncé vendredi 7 janvier que 47 nouveaux cas du variant Omicron ont été détectés en Algérie, portant le nombre total des contaminés à ce variant à 63 cas « Il s’agit de 29 cas de la wilaya d’Alger, 6 cas de la wilaya de Béjaïa, 1 cas de la wilaya de Bouira, et 11 cas de la wilaya de Constantine représentant des retours de voyages de France, de Turquie et du Royaume-Uni », selon un communique de l'IPA.

Le fait que ces contaminés au variant Omicron sont tous importés de l’étranger par des passagers de retour de voyage en Europe, a poussé les Algériens à se demander si les autorités ne vont pas passer à nouveau au durcissement des mesures de voyage, en procédant à la fermeture des frontières et suspendre ainsi les vols internationaux depuis et vers l’Algérie. Une procédure déjà effective au Maroc, où les frontières sont fermées depuis le 29 novembre 2021, et ce jusqu'au 31 janvier 2022.

L'augmentation du nombre d'infections au Covid va-t-elle causer la fermeture des frontières algériennes ?

Questionné ce samedi 8 janvier 2022, en marge d’un séminaire national sur la modernisation du système de santé, tenu à Alger, le Docteur Ilyes Akhamouk, membre du Conseil scientifique pour le suivie de la pandémie de Covid-19 a affirmé aux journalistes que « le variant Omicron qui commence à se propager en Algérie deviendra d’ici la fin du mois en cours, la variant majoritaire parmi les contaminés dans le pays ». À ce propos, Dr Akhamouk n’a pas écarté le recours des autorités dans les prochains jours à un « confinement dans les wilayas ou les communes les plus touchées » par le Covid-19.

Le membre du Conseil scientifique pour le suivie de la pandémie de Covid-19 a également affirmé que le gouvernement qui a déjà imposé le pass vaccinal pour les voyages et dans certains lieux publics va certainement élargir cette mesure pour d’autres lieux et espaces publics, dans les prochains jours. Concernant la possibilité de voir le gouvernement recourir à la suspension des vols internationaux, le docteur Akhamouk, a été catégorique.

« Il est hors de question de recourir à la suspension des vols internationaux pour la simple raison que le recours à la fermeture des frontières a montré son infélicité face à la propagation des variants de Covid-19 », tranche le représentant du Comité scientifique. Une affirmation qui va certainement soulager les milliers de voyageurs qui pourront ainsi continuer prendre l’avion ou le bateau, tout en respectant les mesures sanitaires mises en place par les autorités algériennes.