Le procès de l'ancien ministre de l'Energie Chakib Khelil et de plusieurs anciens cadres de la Sonatrach, poursuivis pour corruption, s'est ouvert le 31 janvier dernier au tribunal de Sidi M'hamed à Alger. Le verdict est tombé ce lundi 14 février, avec une lourde condamnation par contumace contre Chakib Khellil, qui se trouve en fuite à l'étranger.

Chakib Khelil, ancien ministre de l'Energie et l'un des hommes proches de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika, a fini par être rattrapé par de nombreuses affaires de justice. En fuite à l'étranger avant même la chute du régime Bouteflika, l'ancien patron du secteur de l'Énergie en Algérie est cité dans plusieurs affaires de corruption.

Chakib Khelil jugé dans une affaire de corruption

Parmi ces affaires, figure celle du complexe gazier d'Arzew (Oran), dans laquelle Chakib Khelil est poursuivi, en compagnie d'anciens cadres dirigeants de la Sonatrach et de nombreuses firmes étrangères activant dans le secteur énergétique. Le procès de cette affaire s'est déroulé du 31 janvier au 1er février 2022 au Pôle pénal économique et financier du tribunal de Sidi M'hamed à Alger.

L'ancien ministre de l'Énergie Chakib Khelil – absent au procès, car en fuite à l'étranger – et les autres prévenus sont poursuivis pour des accusations liées à « la corruption » dans l'affaire du complexe gazier d'Arzew (Oran) et pour « octroi d'indus privilèges, abus de fonction et conclusion de marchés en infraction aux lois et à la réglementation ».

À lire aussi :  François Hollande appelle la France à relancer son partenariat avec l'Algérie, le Maroc et la Tunisie

Voici la peine prononcée par le tribunal contre Chakib Khelil

Après 2 jours de procès, le Procureur du tribunal de Sidi M'hamed a requis 20 ans de prison ferme contre Chakib Khelil. Une peine de prison assortie de lourdes amendes avec confiscation de tous les biens de Chakib Khelil ainsi que ceux de sa famille. Le procureur a également demandé la confirmation du mandat d'arrêt international lancé en 2019 contre Chakib Khelil.

Des peines confirmées, ce lundi 14 février, par le tribunal de Sidi M'hamed, qui a rendu son verdict dans cette affaire. En effet, l'ancien ministre Chakib Khelil est condamné par contumace à 20 ans de prison ferme et à une amende de 2 millions de dinars, avec un mandat d'arrêt international contre lui, rapporte le quotidien arabophone Echorouk.

L'ancien PDG de la Sontarach Mohamed Meziane, également poursuivi dans cette affaire a été condamné à 5 ans de prison et à une amende d'un million de dinars. L'ancien vice-président de Sonatrach Abdelhafid Feghouli a été condamné à 6 ans de prison ferme et à une amende d'un million de dinars, selon la même source.