L’église catholique de Belgique affiche son soutien aux sans-papiers vivant dans le pays. Les évêques de Belgique, qui ont toujours été en première ligne face aux revendications des migrants, ont appelé le gouvernement de leur pays à « améliorer » les conditions de vie des migrants, et à « régulariser » la situation des sans-papiers qui se trouvent sur le territoire de la Belgique.

La situation des sans-papiers refait à nouveau surface en Belgique. L’affaire des 450 sans-papiers étrangers en majorité des Algériens et des Marocains, qui avaient observé l’été 2021 une grève de la faim à l'église du Béguinage à Bruxelles pour réclamer la régularisation de leur situation, avait suscité une large mobilisation de la société civile belge. Avocats, défenseurs des droits de l’homme et associations de divers horizons ont apporté leur soutien aux revendications des grévistes.

Les évêques de l’Église catholique étaient également impliqués pour venir en soutien à ces centaines de sans-papiers. D’ailleurs, le père Daniel Alliet, curé de l'église du Béguinage, faisait partie de la délégation mise en place lors des négociations menées par les représentants des grévistes avec le gouvernement belge. Des négociations qui n’ont malheureusement pas abouti, puisque les autorités belges ont fini par refuser une régularisation massive des 450 grévistes.

Les évêques de Belgique au secours des sans-papiers

Près d’une année après cette affaire qui avait secoué la Belgique, la question des sans-papiers revient à nouveau au-devant de la scène dans le pays. Et c’est encore une fois l’église catholique de Belgique qui se manifeste, en lançant un appel solennel au gouvernement belge pour se pencher sur la situation des migrants et la régularisation des sans-papiers se trouvant dans le pays.

En effet, dans une lettre publiée ce mardi 31 mai 2022 par le site « CathoBel », les évêques de l’église catholique de Belgique ont tenu à dénoncer « le manque de considération dont sont victimes les sans-papiers » arrivant en Belgique, ainsi que « les conditions de survie et d'insécurité qui défient toute dignité humaine ». L’Église catholique de Belgique plaide aussi pour « un accès effectif aux prestations sociales et aux services essentiels qui serait bénéfique pour le vivre ensemble de toute notre société ».

Le communiqué des représentants de l’église catholique rappelle que « le sort des près de 150 000 personnes en situation irrégulière reste incertain et inhumain » sur le territoire belge et demande « la mise en place d'une approche innovante, humaine et efficace à l'égard des personnes qui reçoivent un ordre de quitter le territoire ». Pour les rédacteurs du communiqué, « la procédure de régularisation » des sans-papiers « doit également être fondamentalement revue pour devenir contradictoire ».  Elle doit être régie par des délais de traitement « fixes et raisonnables », explique le communiqué.