Plus de 14'000 migrants subsahariens de différentes nationalités ont été refoulés par l'Algérie vers les frontières du Niger depuis le début de l'année en cours. C'est ce qu'a annoncé l'organisation Médecins sans frontières (MSF) le mercredi 1er juin 2022.  

L'Algérie fait face ces dernières années à un flux important de migrants subsahariens. Ces derniers, qui franchissent les frontières sud en provenance de nombreux pays africains, font souvent de l'Algérie un pays de transit vers l'Europe. Mais face aux difficultés qu'ils rencontrent pour rejoindre la rive sud de la Méditerranée, nombreux sont ces migrants subsahariens qui finissent par s'installer durablement en Algérie.

D'ailleurs, depuis quelques années, les migrants venus des pays subsahariens se trouvent dans toutes les villes d'Algérie. Même les villages les plus reculés du pays sont devenus hôtes de ses migrants, qui arrivent parfois en famille. Entrés pour la majorité d'une manière illégale, ces migrants se retrouvent confrontés à de nombreux obstacles, notamment en matière de travail et de la scolarité de leurs enfants.

L'Algérie s'appuie sur un accord avec le Niger pour l'expulsion des migrants subsahariens

L'autre image que renvoie la présence des migrants subsahariens en Algérie est celle de ces interminables scènes de femmes avec leurs enfants en bas âge s'adonnant à la mendicité dans différentes villes du pays. Des scènes qui reflètent la détresse de ces migrants avec tous les risques auxquels ils sont exposés, notamment pour les enfants.

Face à cette situation, les autorités algériennes opèrent régulièrement des opérations de rapatriement de ces migrants vers les frontières sud du pays. S'appuyant sur un accord signé avec le gouvernement du Niger en 2014, le ministère algérien de l'Intérieur effectue à longueur d'année plusieurs opérations de rapatriement des migrants clandestins venus en majorité de l'Afrique de l'Ouest.

D'ailleurs, depuis le début de l'année en cours, l'Algérie a refoulé plus de 14'000 migrants subsahariens vers la frontière du Niger, selon l'organisation Médecins sans frontières (MSF). « De janvier à mai 2022, 14'196 personnes migrantes ont été refoulées d'Algérie vers  la frontière algéro-nigérienne au lieu-dit "Point Zéro", à 15 km de la ville d'Assamaka », indique un communiqué de MSF publié ce mercredi 1er juin 2022.

27'208 migrants subsahariens expulsés en 2021 par l'Algérie, selon MSF

Le nombre de migrants subsahariens expulsés d'Algérie est en augmentation ces dernières années, selon MSF, qui en a recensé 27'208 en 2021 contre 23.171 en 2020, soit une hausse de 17 %. Selon cette ONG, près de 2000 migrants subsahariens sont expulsés chaque mois d'Algérie et de Libye dans des conditions qu'elle qualifie d'« inhumaines ».

Dans son communiqué, MSF affirme que « près de 70 % des migrants pris en charge à leur arrivée au Niger » ont témoigné avoir subi « des violences et des abus aux frontières de l'Algérie et de la Libye ». Face à cette situation, MSF appelle « les autorités régionales et leurs partenaires à trouver des réponses urgentes et adaptées pour mettre fin à la maltraitance des migrants refoulés d'Algérie et de Libye dans le désert du Sahel », mentionne le communiqué.