Les relations diplomatiques entre l'Algérie et l'Espagne sont très tendues. Ayant clairement choisi de se ranger du côté du Maroc, le Royaume ibérique s'est attiré les foudres d'Alger. Et comme si le revirement de position concernant la question du Sahara occidental ne suffisait pas, l'Espagne a également décidé de livrer du gaz au Maroc à travers le gazoduc Maghreb-Europe que l'Algérie a décidé de suspendre le 31 octobre 2021[1]Gazoduc Maghreb-Europe : Tebboune ordonne le non renouvellement du contrat avec le Maroc.

Ainsi, l'Espagne ignore les menaces algériennes de couper les livraisons de gaz si le Royaume le réexporte à un autre pays. L’Espagne s’apprête donc à acheminer au Maroc via le GME, du gaz naturel liquéfié (GNL), acheté sur les marchés internationaux (selon les Espagnols), conformément aux accords signés entre les deux pays. Les opérations pourraient démarrer dans les tout prochains jours.

En effet, selon  le journal La Vanguardia, « le Maroc a déjà tout préparé pour que l’Espagne envoie du gaz via le gazoduc Maghreb Europe, qui fonctionnera bientôt dans le sens inverse : du nord au sud. Cela pourrait arriver dans les deux prochaines semaines ».

L’Espagne va encore une fois s'attirer les foudres d'Alger

Cette action est entreprise en application des décisions du gouvernement espagnol, qui a affirmé dès le début du mois de février qu’il allait aider le Maroc à « garantir sa sécurité énergétique » en lui permettant d’acheminer du gaz à travers le Gazoduc que l’Algérie n’alimente plus depuis octobre 2021.

La Vanguardia indique que les installations marocaines sont prêtes. « Les postes de compression ont été adaptés. Ce travail technique s’est fait dans le calme avant que le Maroc et l’Espagne annoncent leur réconciliation, en mars », a précisé la même source. « En quelques mots, l’expédition de gaz de l’Espagne vers le Maroc fait partie du paquet de mesures pour la reprise des relations entre les deux pays ».

Il faut dire que la mise en application de cette décision pourrait pousser à l’escalade dans la crise diplomatique entre l'Espagne et l'Algérie. Alger, qui a déjà décidé de réduire ses exportations de gaz vers l'Espagne, pourrait donc durcir ses sanctions. De son côté, l'Espagne, qui veut satisfaire le Maroc sans pour autant déranger l'Algérie, a maintes fois assuré que le gaz qui sera exporté vers le Maroc ne proviendrait pas des exportations algériennes[2]L'Espagne veut créer un système qui garantit l'origine du gaz exporté au Maroc pour satisfaire Alger.