Depuis la réouverture partielle des frontières aériennes, le 1er juin dernier, la diaspora algérienne ne cesse de réclamer davantage de vols afin de pouvoir se rendre en Algérie, dans les meilleures conditions. Des appels sont lancés chaque jour par les Algériens de l'étranger, un peu partout à travers le monde, afin de convaincre les pouvoirs publics de prendre en charge leur principale doléance : à savoir la réouverture totale des frontières.

Des personnalités politiques, notamment des députés ainsi que les représentants du mouvement associatif, ne cessent d'attirer l'attention des hautes autorités du pays sur la nécessité d’augmenter le nombre de vols hebdomadaires assurés par Air Algérie et les autres compagnies étrangères et l’ouverture totale des frontières. Pour eux, le nombre de vols disponibles actuellement depuis plusieurs pays vers l’Algérie reste au-dessous des attentes de la diaspora algérienne.

Actuellement, une quinzaine de vols hebdomadaires sont assurés entre l’Algérie et six pays

En effet, l’offre des vols vers l’Algérie est loin de répondre à la forte demande enregistrée chez Air Algérie et les compagnies aériennes étrangères autorisées à opérer des vols depuis le 1er juin dernier, date de la réouverture des frontières. Actuellement, une quinzaine de vols hebdomadaires sont assurés en aller-retour entre l’Algérie et six pays : la France, l'Italie, l'Espagne, l'Allemagne, la Turquie et la Tunisie.

À lire aussi :  Nouveau système de réservation : Algérie Ferries lance une consultation internationale

Ouverture des frontières aériennes et maritimes : Ce que propose un député algérien

C'est dans ce sens qu'un député algérien, et président de la Commission des Affaires étrangères à l'Assemblée populaire nationale (APN) a suggéré tout simplement « l'augmentation du nombre de vols vers l’Algérie » et « la réouverture des dessertes maritimes ».  Dans une déclaration accordée, vendredi 6 août, au site d'informations Tariq News. Le député Mohamed Hani a estimé que l’Algérie doit « augmenter le nombre de vols de trois à six ou de cinq à dix, pour faciliter les voyages, vers le pays,  à la communauté algérienne établie à l’étranger ».

« Le coronavirus ne vient pas de l’étranger », estime le député Mohamed Hani

Pour le président de la Commission des Affaires étrangères à l'APN, « il n'y a aucun motif sanitaire qui empêche le retour en masse des ressortissants algériens de l'étranger ». Mohamed Hani a révélé avoir observé lui-même « dans 3 vols différents que 100 % des tests et contrôles effectués au niveau des aéroports sur les passagers étaient négatifs ». Ce qui est la preuve selon lui que « le coronavirus ne vient pas de l’étranger ».

« Une seule desserte maritime équivaut à cinq vols »

Le même député a estimé que la réouverture des liaisons maritimes pourrait également constituer une solution pour faire face au problème de manque de vols vers l’Algérie. « Un avion transporte entre 250 et 300 passagers alors qu’un navire peut transporter 1 300 passagers. Donc, on peut programmer des dessertes maritimes au départ de Barcelone ou de Marseille, avec des tests qui seront réalisés durant la traversée. Une seule desserte maritime équivaut à cinq vols », a expliqué Mohamed Hani.