L'Algérie aura, à partir de lundi 1er novembre, une chaîne de télévision internationale dédiée à l'information continue. En préparation depuis quelques mois, la création de cette chaîne est venue sous l'impulsion du chef de l'État Abdelmadjid Tebboune, qui avait à cœur d'avoir un média lourd qui défend le point de vue de l'Algérie sur la scène internationale et qui parle à la diaspora algérienne.

AL24 News, une chaîne d'information en continue 100 % algérienne

En effet, elle sera lancée demain à l'occasion du 67e anniversaire du déclenchement de la Guerre d'Algérie. Elle aura pour nom « AL24 News » et émettra 24 heures sur 24. La chaîne en question diffusera de l'information en continue, comme le font les chaînes d'autres pays comme France 24, Al Jazeera, BBC, CNN, Al Arabiya ou Euronews.

Le ministère de la Communication chargé de monter ce projet a nommé le journaliste Salim Aggar directeur de la chaîne AL24 News. Le patron de la nouvelle chaîne est un ancien journaliste de la presse écrite avant qu'il ne soit nommé directeur de la Cinémathèque d'Alger par l'ex-président déchu Abdelaziz Bouteflika.

Selon le journaliste Mahrez Rabia, le nouveau média ne sera pas affilié à l'EPTV (anciennement ENTV), mais sera autonome. La chaîne émettra à partir de la capitale, Alger, et sera diffusée par satellite via Nilesat. Elle sera donc voisine d'autres chaînes algériennes présentes sur Nilesat, mais aussi de toutes les chaînes des pays du Moyen-Orient.

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

Une chaîne pour porter la voix de l'État algérien à l'étranger

Elle sera la voix de l'État algérien à l'étranger, surtout que les responsables du gouvernement ont toujours dénoncé la manipulation de plusieurs médias internationaux particulièrement quand ils traitent de l'Algérie ou de questions dans lesquelles l'Algérie est impliquée.

Cette chaîne sera aussi un outil destiné à la communauté algérienne établie à l'étranger, particulièrement en France où elle compte des millions de ressortissants. Le ministre de la Communication Ammar Belhimer l'a fait savoir déjà au début du mois de septembre. Il s'agit de « renforcer les liens d'appartenance entre la mère patrie et notre communauté à travers le monde, en lui offrant un média national professionnel et honnête », avait-il affirmé.

AL24 News doit combler « le vide » médiatique, montrer la « réalité algérienne » et faire face au « dénigrement »

Pour le ministre de la Communication, la création de cette chaîne internationale « occupera le vide médiatique que comblent des étrangers qui méconnaissent la réalité algérienne ». La même chaîne TV est appelée à « contribuer à promouvoir l'image de l'Algérie, de sa destination touristique ainsi que des énormes potentialités d'investissement qu'elle recèle ».

Il s'agit surtout, pour le même ministre, de « faire face à la matière médiatique qui subit actuellement le dénigrement et le parasitage, notamment de la part de chaînes malveillantes et des plumes mercenaires ». Il importe de relever que l'Etat algérien a retiré son accréditation à la chaîne française France 24 le 13 juin dernier, soit le lendemain de la tenue des élections législatives contestées par les Algériennes et les Algériens.

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

L'Algérie menace la presse française d'interdiction d'exercer en Algérie

Le département de Ammar Belhimer a aussi menacé, mercredi 27 octobre, l'agence française de presse AFP, d'interdiction d'exercer en Algérie. L'agence est accusé d'avoir diffusé un « flux de dépêches mensongères » et de s'acharner contre l'Algérie. « L'AFP vient, une nouvelle fois, prouver son acharnement contre l'Algérie en s'écartant clairement de la pratique médiatique et journalistique et en se dénuant de crédibilité, d'objectivité et d'éthique déontologique de la profession », a dénoncé le ministère algérien de la Communication Ammar Belhimer.