Décidément Air Algérie reste fidèle à sa réputation. La compagnie s'est encore une fois distinguée par un retard énorme sur un vol entre Paris et Alger. En effet, le jeudi 23 décembre, un retard de 9 h a été annoncé sur un vol de la compagnie aérienne nationale en raison d’une panne technique.

Ainsi, Air Algérie demeure une compagnie peu régulière. Un vol prévu le 23 décembre à 13 h 00 au départ de Paris-Orly (ORY) vers Alger (ALG) a été retardé jusqu'à 22 h 21, selon le service FlightAware.

Les passagers du vol ont été invités à quitter l’avion, un Airbus A330-200, après 3 heures d’attente en raison d’une panne technique, indique une passagère citée par le site Visa-Algérie. La même source affirme que selon Air Algérie, « les passagers ont été pris en charge en attendant la résolution du problème ».

Cet incident n'étant pas le premier, l'entretien des avions de la compagnie pose de véritables questions. Face à de grandes difficultés financières, Air Algérie sombre de plus en plus dans l'incertitude et confirme la gestion catastrophique de sa flotte.

La maintenance des avions d'Air Algérie pointée du doigt

Cette situation est aggravée par une reprise partielle des vols, qui fait que la plupart des avions de la compagnie restent cloués au sol. Ainsi, le blocage des avions dans le parking de la compagnie coûte très cher. Les avions sont vulnérables et s’usent plus rapidement quand ils sont au sol. « Un avion qui vole coûte paradoxalement moins cher qu’un avion cloué au sol », selon les spécialistes de l’aérien.

Cette situation fait exploser les frais de la maintenance. Un département qui fait couler beaucoup d'encre, notamment à la suite de la dernière décision de la direction de faire du département de maintenance un département indépendant de la compagnie.

Une décision qui a fait réagir les syndicats de l'entreprise qui dénoncent l'opacité de ce projet. Il faut dire également que la situation financière d'Air Algérie est sujette à des déclarations contradictoires. Pour le Syndicat algérien des pilotes techniques aériens, la situation financière de l'entreprise s'est embellie alors que pour la direction des réformes sont nécessaires pour sauver l'entreprise.