Le ministre des Transports Aissa Bekkai a dressé, ce mardi 8 février 2022, un tableau sombre de la gestion de certaines entreprises relevant de son secteur. Intervenant sur le plateau d'Echorouk TV, le ministre a également évoqué plusieurs dossiers et projets en suspens dans le secteur du transport et a indiqué qu'il a hérité d'une situation catastrophique au niveau de ces sociétés.

Une situation catastrophique à l'ENTMV

« Si vous voulez avoir une idée sur la mal gestion rapprochez-vous de l'ENTMV (l'Entreprise Nationale de Transport Maritime de Voyageurs) », a lancé notamment le ministre. Pour Aissa Bekkai cette entreprise est un exemple en matière de mauvaise gestion. « À mon arrivée, j'ai trouvé que cette entreprise avait 15 directeurs », « les travailleurs étaient payés par la banque », a-t-il encore affirmé.

Ladite entreprise emploi 1 400 personnes alors qu'elle n'a besoin que de 360 travailleurs, explique le ministre des Transports. « Cette entreprise compte quatre navires qui ont besoin en moyenne, selon les critères internationaux, de 70, 80 à 90 agents chacun », a-t-il expliqué. Le ministre a révélé par ailleurs qu'on projetait de vendre le ferry Tariq Ibn Ziad « en ferraille ».

Aissa Bekkai a également cité la saisie des 5 navires en Europe, il y a quelques jours, comme un exemple de mauvaise gestion du Groupe GATMA et plus particulièrement la société CNAN-Nord. Il a affirmé que les choses commencent à s'améliorer suite aux décisions et les changements qu'il a opérés au sein de cette entreprise.

Sureffectif chez Air Algérie

Toujours dans le domaine du transport maritime, le ministre a affirmé que la nouvelle ligne entre l'Algérie et la Mauritanie, annoncée dernièrement, sera lancée la fin du mois en cours. « Probablement entre le 20 et le 23 février », a-t-il précisé. Il a révélé en outre que l'ouverture d'une route aérienne avec ce même pays ainsi qu'avec le Sénégal est actuellement à l'étude.

Évoquant le trafic aérien, Air Algérie n'a pas été épargnée par le phénomène de mauvaise gestion, a-t-il soutenu. La compagnie compte, en effet, selon les propos du ministre, 2000 travailleurs en surplus. Le problème, relève cependant Bekkai, « ne réside pas dans l'effectif, mais dans sa gestion ».

Le premier responsable du secteur des Transports en Algérie a par ailleurs indiqué que la création de nouvelles compagnies aériennes privées en Algérie est toujours d'actualité. Il a révélé ainsi que son département a délivré 15 « accords de principe » pour les investisseurs voulant se lancer dans le domaine. 11 accords ont été également donnés pour la création des entreprises privées de transports maritimes, a également affirmé le ministre. « La balle est dans leurs camps », a-t-il faire savoir.