Les clients d'Air Algérie et des autres compagnies aériennes desservant l'Algérie sont confrontés à l'épineux problème de la hausse des billets d'avion, notamment depuis la France. Une situation qui a suscité la colère des clients qui ne cessent d'interpeller les pouvoirs publics afin de trouver une solution à ce problème récurent.

En Algérie, la question de la hausse des prix des billets d'avion est devenue aujourd'hui une affaire d'État. Le billet d'avion, quelle que soit la compagnie ou la destination, est toujours inaccessible pour le commun des Algériens. Ces derniers réclament une révision à la baisse des prix des billets ainsi que l'augmentation du nombre de vols internationaux.

Les Algériens réclament une baisse des prix des billets d'avion

Les pouvoirs publics, qui sont souvent interpelés par les clients et certains députés de l'émigration, tout en reconnaissant la situation, n'ont pris aucune mesure qui satisfasse les demandes des Algériens. Ces derniers veulent que les compagnies aériennes desservant l'Algérie s'alignent sur les autres compagnies des pays voisins à propos de la question des billets d'avion.

D'ailleurs, une pétition a été lancée le 26 février par des Algériens regroupés autour d'un Comité international de défense des consommateurs algériens (CIDCA). Les signataires réclament notamment « la cessation d'application des tarifs abusifs et hors normes appliqués par la compagnie nationale Air Algérie et les compagnies étrangères qu'elles soient aériennes ou maritimes ». Ils demandent aussi , « l'application de tarifs justes et équitables comme le font la majorité des compagnies de voyage aériennes et maritimes dans le monde ».

À lire aussi :  France-Algérie : Prix des vols en septembre 2022 avec Transavia

Voici la réponse du ministre des Transports à propos des prix des billets

Invité ce lundi 28 février au Forum de la radio algérienne, le ministre des Transports Aissa Bekkai s'est exprimé sur la question de la hausse des prix des billets d'avions appliqués par la compagnie publique Air Algérie pour ses vols internationaux. Il a également évoqué la question de l'ouverture totale des frontières et l'augmentation du nombre de dessertes depuis et vers l'Algérie.

Selon le ministre des Transports, « la décision de la réouverture totale des frontières aériennes revient à la Commission scientifique de suivie de la pandémie de coronavirus ». Le ministre a d'ailleurs reconnu l'impact de cette fermeture sur la compagnie Air Algérie en soulignant « les pertes financières et la forte pression » que subit la compagnie algérienne en raison de cette pandémie.

À propos de la hausse des prix des billets d'avion pratiqués actuellement par Air Algérie et les autres compagnies, le représentant du Gouvernement a été catégorique : « Dans la situation actuelle, la baisse des prix des billets d'avion est écartée », affirme-t-il en évoquant « la situation difficile d'Air Algérie » sur le plan financier.  « Le Gouvernement a décidé l'exemption de la TVA pour les billets d'avions avec Air Algérie vers les aéroports du sud du pays et elle sera élargie à d'autres wilayas à l'avenir », ajoute le ministre.