Quatre jours après l'annonce par le ministère des Transports de la hausse des vols internationaux d'Air Algérie, le doute s'installe dans les esprits des Algériens, particulièrement ceux de la diaspora. Plusieurs signes font en effet croire que les 108 vols ajoutés le mercredi 9 mars à la compagnie aérienne nationale sont carrément supprimés.

Il est difficile dans la situation actuelle de ne pas douter. La question de l'augmentation des vols d'Air Algérie – et donc des compagnies étrangères concurrentes – continue à triturer les méninges des ressortissants algériens de l'étranger, qui souffrent de la fermeture des frontières algériennes à la suite de la propagation du coronavirus en mars 2020. Les différents rebondissements qui ont suivi l'annonce de 108 nouveaux vols Air Algérie participent à ce sentiment général.

En effet, quelques heures après l'annonce faite mercredi, indiquant la hausse des vols de et vers l'Algérie, le ministre des Transports Aïssa Bekkaï a été limogé par le chef de l'État Abdelmadjid Tebboune. Ce dernier a mis fin aux fonctions du ministre pour « faute grave », a-t-on affirmé dans un communiqué de la présidence de la République. Cela a semé le doute dans les esprits de tout le monde, qui se demande si le limogeage était lié à l'annonce de la veille.

À lire aussi :  L'allocation touristique repart à la hausse en Algérie

Le nouveau programme de vols d'Air Algérie annulé ?

Mais une publication de la compagnie aérienne nationale a apaisé un tant soit peu les esprits des Algériens de l'étranger. Il s'agit de la publication d'Air Algérie annonçant mettant en vente les billets des nouveaux vols vers une dizaine de destinations ; soit l'Espagne, l'Italie, la Suisse, le Royaume-Uni, la Belgique, la Turquie, la Mauritanie, le Sénégal, l'Égypte et les Émirats arabes unis. Seules la France et la Chine n'étaient pas inclus dans la liste de la compagnie nationale.

Malheureusement, Air Algérie n'a pas tardé à supprimer la publication de sa page Facebook. Une suppression sans explication, comme le limogeage du ministre des Transports. Cela a conduit à plusieurs spéculations, en dehors d'une réaction officielle et transparente. Et encore une fois, une information du député de l'émigration Abdelouahab Yagoubi est venue dissiper les inquiétudes. Une information selon laquelle un accord imminent devait venir de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) de Paris pour valider le nouveau programme de vols entre la France et l'Algérie.

Le Conseil des ministres à la rescousse ?

Mais un dernier rebondissement a eu lieu ce dimanche 13 mars et n'a pas manqué d'accentuer l'inquiétude des Algériens de l'étranger. Il s'agit de la suppression par le ministère des Transports de la publication du mercredi 9 mars annonçant le nouveau programme de 108 vols supplémentaires.

À lire aussi :  Air Algérie lance ses vols sur le réseau africain

Après cela, beaucoup se disent convaincus que la hausse des vols a été annulée. Les Algériens de France, qui voyagent difficilement vers l'Algérie – aux prix exorbitants pratiqués par Air Algérie et Air France – vivent cela comme un coup de massue, surtout que cette hausse des vols, ils l'attendent et la réclament depuis plusieurs mois.

Ils mettent aujourd'hui tous leurs espoirs sur la réunion du Conseil des ministres programmée pour ce dimanche 13 mars pour valider l'augmentation graduelle des vols jusqu'à un éventuel retour du programme en vigueur avant la pandémie, et ce, avant la saison estivale.